Dictynna

DictynnaDictynna - Revue de poétique latine

 Directeurs de la publication : Alain Deremetz, Jacqueline Fabre-Serris

 Site web de la revue

 

Comité scientifique : Alessandro Barchiesi, Damien Nelis, Judith Hallett, Philip Hardie, Jean-Christophe Jolivet, Alison Keith, Mario Labate, Michael Putnam, Gianpiero Rosati, Alessandro Schiesaro, Jürgen Paul Schwindt.

Le nom de cette revue de poétique ne relève pas seulement d'un jeu de miroir entre son support et la mythologie savante, tant exploitée par la littérature latine. Au Ier siècle av. J.-C., à Rome, le poète et critique Valerius Cato appela Dictynna une de ses oeuvres, que nous avons perdue. C'est l'époque où fut composé ce poème que veut évoquer ce titre. À ce moment-là commença à se constituer et développer à Rome, une production culturelle, littéraire, scientifique et artistique, issue d'un dialogisme culturel avec la Grèce, fait de reprises, de discussions, d'adaptations, de transformations et de critiques.

Les analyses et les réflexions publiées dans cette revue porteront sur la notion même de littérature (l'écriture référentielle ou réflexive, le statut de l'oeuvre dans la cité...), sur les genres littéraires (leurs définitions, leurs origines, leurs évolutions, leurs interactions...), sur les techniques narratives, sur les modes de représentation du réel (lieux communs, figures, thèmes...), sur des champs culturels comme le mythe, la religion, la morale, l'État..., ainsi que sur la réception et ses effets. Elles prendront aussi en compte les arts, la philosophie et les sciences en tant qu'instruments d'appréhension de l'homme et du monde. La relation avec la Grèce, sera envisagée non seulement diachroniquement – du point de vue des filiations – mais aussi synchroniquement – du point de vue de la coexistence d'une littérature grecque et d'une littérature latine sous l'empire.

La revue accueillera également des travaux sur la persistance des schémas et des modèles de pensée antiques jusqu'à la Renaissance, où la primauté accordée par les humanistes à l'Antiquité s'est fondée sur la conscience d'une continuité des modes de pensée et de discours élaborés dans les cultures grecque et latine.

 

Bibliothèque des Sciences de l'Antiquité - Université Lille 3 - 59653 Villeneuve d'Ascq Cedex FRANCE