Les lieux du livre dans les Hauts-de-France

Un dossier de la revue littéraire « Nord' ».

Le n°69 de juin 2017 de la revue littéraire « Nord' » consacre un dossier aux lieux du livre dans les Hauts-de-France. Les études réunies par Yves Ledun, Pascal Allard et Christian Morzewski portent sur les bibliothèques, librairies et événements littéraires.

Compte rendu par Christophe Hugot, responsable de la Bibliothèque des sciences de l’Antiquité de l’Université de Lille.

Les récents chiffres de l’enquête sur l’illettrisme en France, issus des tests des Journée Défense et Citoyenneté 2016, continuent de montrer le retard des Hauts-de-France sur le reste du pays. Le site du Ministère l’indique en résumé de son rapport :

« La fréquence des difficultés de lecture est, en France métropolitaine, plus prononcée dans des départements du nord ou entourant l’Île-de-France « 

Nord n°69
Nord n°69

Dans les Hauts-de-France, c’est en particulier la Picardie qui est touchée par le phénomène. Si la moyenne nationale est à 7%, la part des jeunes en difficulté de lecture s’élève ainsi à 17,7% dans l’Aisne, 17,5% dans la Somme, 13,5% dans l’Oise. Pourtant, l’activité autour du livre est foisonnante dans cette grande région. Le dossier de Nord’, revue de critique et de création littéraires des Hauts-de-France entend éclairer celle-ci de quelques exemples pris en bibliothèques (municipales), librairies et événementiels en donnant la parole à divers acteurs de la filière du livre.

Bibliothèques

Comme le rappelle Christian Morzewski dans l’introduction du dossier, les chiffres font mentir l’impression de morosité qui prédomine quand il est question de l’actualité du livre et de la lecture. Cela concerne notamment les données des bibliothèques rapportées aux quatre millions d’habitants de l’ex-région Nord−Pas-de-Calais:

« 12 millions de documents (dont 9 millions de livres) empruntés en 2013, 1.600.000 entrées dans les bibliothèques, 350.000 emprunteurs « actifs », près de 800 bibliothèques de toutes tailles et de toutes natures sur le territoire, employant 2.250 bibliothécaires et documentalistes… et autant de bénévoles dans les réseaux des médiathèques du Nord−Pas-de-Calais. »

Pour illustrer le monde des bibliothèques, Pascal Allard propose une « sorte de divagation poétique » dans laquelle il présente quelques figures de bibliothécaires à travers l’histoire des bibliothèques de Roubaix, de Cambrai et de Boulogne-sur-Mer. Rémy Cordonnier, qui a fait la une des journaux pour avoir découvert un First Folio de Shakespeare dans la Bibliothèque d’agglomération de Saint-Omer, traite des fonds patrimoniaux en bibliothèque et de la difficile conciliation entre la conservation et la médiation vers un public au-delà des chercheurs. L’exploitation du fonds patrimonial peut avoir des effets sur la lecture publique : le nombre d’inscrits à la bibliothèque a ainsi augmenté après l’exposition au public de la rarissime édition de Shakespeare.

Mathilde Vergnaud-Chevalard, quant à elle, revient sur l’expérience de la Bibliothèque municipale de Lille, profondément modernisée depuis sa labellisation comme Bibliothèque numérique de référence fin 2012. Si le livre y reste le document « roi », l’Internet apparaît dans l’offre de la bibliothèque. Le personnel de la BM de Lille doit, en particulier, « aider les usagers à s’orienter dans la ‘masse’ du web et même à produire ou partager des informations, des savoirs, des créations sur le web ». Enfin, la BM de Lille a ouvert en mai 2017 un accès aux archives du dépôt légal de l’internet collectées par la Bibliothèque nationale de France. Le site web de la bibliothèque entend par ailleurs jouer « le rôle d’une deuxième Bibliothèque, accessible et utilisable 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ».

Lille mediatheque jean levy
La médiathèque Jean Lévy à Lille (Nord) – Wikipedia

Autre expérience, celle de Médiathèque-Estaminet de Grenay, « première médiathèque troisième lieu créée au nord de Paris », narrée par Ali Boukacem. Cet établissement, situé dans l’ex-bassin minier du Pas-de-Calais, a été réalisé dans le but « de réunir les conditions d’accueil d’un estaminet d’antan aux couleurs et enjeux d’aujourd’hui », conçu « comme un passage obligé pour accéder à de nombreux services à la population ». Cette Médiathèque-Estaminet contient une médiathèque proprement-dite, mais regroupe également les services à la petite enfance, l’enfance et la jeunesse, les loisirs, la culture et la communication. L’usager peut aussi y profiter des produits du bar (boire une bière artisanale locale, un lait-fraise, manger une viennoiserie provenant des commerçants locaux, ou déguster une soupe maison). L’enjeu : lutter contre l’illettrisme et l’échec scolaire, « dans une région où l’illettrisme touche plus de 15% de la population ».

RS Grenay BlancE-2685MontageDEF
Médiathèque-Estaminet de Grenay (Pas-de-Calais) – Richard et Schoeller architectes – Photographie Emmanuelle Blanc – Wikimedia

Librairies

« Les petits libraires sont des gens qui se mouillent, qui prennent leurs responsabilités et disent : « Lisez ça » ». (Michel Quint)

Le commerce du livre représente (hors vente en ligne) un chiffre d’affaires total de 150 millions d’euros en Nord−Pas-de-Calais, et 600 emplois dédiés (ETP, équivalents temps plein). Côté librairies, le Nord−Pas-de-Calais connaît une originalité nationale avec la présence d’un mastodonte, le « Furet du Nord » qui, comme le souligne Christian Morzewski, « a obligé les librairies « historiques » (largement concentrées dans la métropole lilloise, et de taille plus modeste que leurs homologues dans d’autres régions) à une intelligence systémique remarquable pour diversifier leurs offres et services, notamment en se spécialisant ». Cette « intelligence systémique » est bien illustrée par l’article consacré à la Librairie Meura, petite librairie indépendante spécialisée en sciences humaines créée en 1980 dans l’ancien quartier universitaire lillois. La librairie Meura, c’est « 40 m2, des livres partout, presque jusqu’au plafond, deux échelles », et « des tables de nouveautés aux piles instables et mouvantes ». Des livres, toujours des livres, « un maelström, un tohu-bohu fécond et productif plutôt que triomphant ». Pour parler de ce lieu familier à de très nombreux étudiants et universitaires lillois, sur près de quarante ans, la revue Nord a eu la belle idée de donner la parole à ceux qui l’ont façonné (Hugues et Cécile Meura) et à celle qui l’a repris à la fin des années 2000 (Lilya Aït Menguellet). Les habitués du lieu sont impatients de voir les travaux effectués cet été dans cet espace qui semblait immuable, tout en espérant que le slogan de la librairie perdure encore des décennies :

« Le 25 de la rue de Valmy est l’un des rares lieux à Lille où l’on vous sourit quand vous réclamez un ouvrage sur la phénoménologie de l’esprit. »

Librairie Meura ; plan des travaux prévus l'été 2017
Librairie Meura ; plan des travaux prévus l’été 2017

Magali Domain livre ensuite un « portrait » de la librairie Actes Sud de Calais, solidement ancrée au fil de quelques années au Channel/Scène nationale, « centre de création et de diffusion extrêmement actif dans le domaine du spectacle vivant mais aussi lieu de vie qui comporte en ses murs divers pavillons pouvant accueillir des manifestations artistiques en tout genre ». Ouverte depuis mars 2009, la librairie, lieu chaleureux, à taille humaine, propose un fonds généraliste sur 120 m2, « avec une offre incluant un certain pourcentage de publications Actes Sud, lesquelles côtoient une quantité de livres issus d’un grand nombre de maisons d’édition, des plus prestigieuses aux plus modestes ». Le trio féminin dirigeant la librairie entend, par des animations, « maintenir vivaces les liens unissant grands et petits lecteurs à Actes Sud/Le Channel et faire fructifier leur intérêt pour la littérature sous toutes ses formes à partir d’un substrat mêlant subtilement humour et humanisme ».

Contrairement aux idées reçues, le nombre global de points de vente du livre n’a pas diminué en Nord−Pas-de-Calais, passant de 362 en 1987 (tous types de commerces confondus) à 726 en 2013. Il est vrai que cette augmentation globale tient surtout aux rayons livres des grandes surfaces car il n’existe plus guère que 49 librairies indépendantes au sens strict de l’appellation en Nord−Pas-de-Calais. 48 devrions-nous d’ailleurs préciser ici : depuis la constitution du dossier, la Librairie Tirloy, l’aînée des librairies lilloises indépendantes, créée en 1928, a fermé ses portes en mai 2017, montrant les difficultés rencontrées dans ce secteur économique où les marges sont étroites et internet très concurrentiel : « dégager l’équivalent d’un SMIC pour un libraire indépendant relève de l’exploit » (voir reportage sur France3).

Librairie Tirloy fermée en juin 2017 (photographie LC pour Insula)
Librairie Tirloy fermée en juin 2017 (photographie LC pour Insula)

Fêtes du livre

« Des salons, il y en a une multitude et quelquefois j’ai l’impression que certains sont organisés par des gens qui sont fâchés de ne pas être invités dans les autres salons. » (Michel Quint)

Pas moins de 110 fêtes et salons du livre sont au programme de l’agenda 2017 en région Hauts-de-France réalisé par Eulalie. La revue Nord’ a choisi de mettre en exergue le Salon du Livre et de la BD de la Couture, créé en 1981, organisé grâce au partenariat entre la municipalité et l’Association L3C (La Couture Champs de Cultures). Dans son article, Anne Serniclay présente l’historique et la gestion d’un événement qui, durant deux jours, accueille près de 150 exposants et 3500 visiteurs. François Annycke, quant à lui, prolonge la thématique en traitant de l’événement littéraire, souvent oublié quand on évoque la chaîne du livre, que l’auteur préfèrerait envisager « comme une machine qui se déploie dans l’espace », avec des engrenages : « l’événement est un rouage de la machine, mais aussi un levier pour amener un public vers le livre ». La manière de s’y prendre est diverse (lectures à voix haute, dédicaces, …), les thèmes ou les objets privilégiés par les événements variés (BD, poésie, livre jeunesse, etc). Un focus est donné à « Colères du présent », association créée dans le but de « valoriser la littérature d’expression populaire et de critique sociale et de développer des actions pour favoriser l’accès de tous à l’écriture, à la lecture et contribuer au développement de l’esprit critique, et notamment en direction des personnes situées de l’autre côté des barrières sociale, économique et culturelle ». Locomotive de ce beau programme qui englobe une foule d’initiatives autour du livre : le Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale qui se tient tous les 1er mai depuis 16 ans au centre ville d’Arras, fréquenté par 20 à 30.000 personnes.

fete-arras

La Picardie

Avec la fusion du Nord−Pas-de-Calais et de la Picardie, la revue Nord s’intéresse au territoire des Hauts-de-France dans son ensemble. Si le dossier porte essentiellement sur lieux du livre dans le Nord et le Pas-de-Calais, deux articles concernent précisément la Picardie. Jacques Darras relate une petite promenade à travers les bibliothèques et librairies de la Picardie ancienne et contemporaine. Thierry Ducret consacre quelques pages aux lieux du livre dans cette région où « selon les données de l’Observatoire de la lecture publique (chiffres 2014), le nombre de professionnels par habitant est en deçà de la moyenne nationale, ce qui, renvoyé au taux d’illettrisme sur le territoire, interpelle profondément ». « En 2007, l’ex-Picardie comptait 42 librairies et 10 ans plus tard, nous en dénombrons 34 [dont 7 pour Amiens]. En 10 ans, la Picardie a connu la fermeture de 18 établissements pour seulement 10 ouvertures (et 2 reprises) ».

Michel Quint

La revue Nord’ donne la parole à Michel Quint, auteur régional dont on a cité deux extraits de l’entretien qu’il a donné sur les thématiques couvertes par le dossier. Les livres et les lieux du livre apparaissent dans son œuvre, et Christian Leroy étudie cette thématique dans deux nouvelles : La dédicace et Apaise le temps. « Dans ces deux nouvelles, bibliothèque, librairie et salon du livre jouent un rôle de premier plan et selon la même dialectique de l’ouvert et du fermé. »

Albert-Marie Schmidt et Julien Delmaire

Deux études complètent le sommaire de la revue. La première est consacrée à Albert-Marie Schmidt (1901-1966), qui fut professeur à l’Université de Lille jusqu’en 1966 et grande figure littéraire. Cet article reprend, en le complétant, le billet que nous avons fait paraître sur Insula en février 2016. La seconde étude, coécrite par Bernard Alluin et Dominique Délas, porte sur l’œuvre romanesque de Julien Delmaire, ancien étudiant de l’Université de Lille, slameur pendant plusieurs années, auteur de pièces de théâtre, de recueils de poèmes − plusieurs des ses textes ont été traduits en anglais, allemand, italien ou japonais − et de deux romans parus chez Grasset : Georgia (2013) et Frère des astres (2016).

À propos de cette revue

Yves Ledun, Pascal Allard et Christian Morzewski (éds), Les lieux du livre, Nord’ 69 (2017). 139 p. ISBN 978-913858-40-4. (15 €)

  • Les volumes de la revue Nord’ sont diffusés hors abonnement par les Presses universitaires du Septentrion.
    Accès au volume 69 : www.septentrion.com
  • Abonnement (deux numéros par an) : S.L.N. Abonnements, Yves Ledun, 39 rue Nicolas Leblanc, 59.000 Lille.
    2 numéros par an : 69, Les lieux du livre (juin 2016) ; 70, Amiens et la littérature (décembre 2017) – 24 € Franco de port, 27 € pour l’étranger
Nord n°69
Nord n°69
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on RedditDigg thisBuffer this page

Lire aussi sur Insula :

Citer ce billet

Christophe Hugot, « Les lieux du livre dans les Hauts-de-France », Insula [En ligne], ISSN 2427-8297, mis en ligne le 10 juillet 2017. URL : <http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2017/07/les-lieux-du-livre-dans-les-hauts-de-france/>. Consulté le 20 juillet 2017.