Pénélope d’après Lucien β, un pseudépigraphe inédit du XVIIIe s.

Récemment découverts, de façon inespérée, quelques feuillets du Dictionnaire mêlé portatif publié à Amsterdam en 1769 dans l’indifférence la plus totale refont aujourd’hui surface alors qu’on croyait l’ouvrage irrémédiablement perdu. Un recueil factice composé de feuillets arrachés aux douze volumes in-8° d’époque a récemment été retrouvé dans les Hauts-de-France et il a été déposé dans un coffre au Crédit Mutuel de Basse Bretagne. Ce dictionnaire, dirigé par le Baron d’Autrecourt, était un fourre-tout contenant des articles de mythologie d’une grande banalité, des biographies des hommes de son temps, des proverbes, des résumés de pièces de théâtre ainsi que quelques entrées plus polémiques dont, la plupart du temps, nous n’avons malheureusement plus que les titres. Nous reproduisons ici un article à vocation pédagogique attribué à « Lucien B » comprendre un Lucien Bèta (β) qui serait un nom d’emprunt du libertin Nicolas Lanas dont on sait seulement qu’il était souvent raillé pour son style lisse et la platitude lénifiante de ses articles.


PÉNÉLOPE [penelͻp] n. f. – du grec Pènelopè ◆Discrète héroïne de la mythologie et célèbre travailleuse de l’ombre dont tous les espoirs reposaient sur le retour de son mari après plusieurs années d’absence (voir art. Retours). Entourée de félons et de méchants profiteurs qui dévoraient sans vergogne un patrimoine difficilement acquis dans un modeste hameau de la Grèce de l’Ouest, elle réussit, dans les versions les plus avantageuses du mythe, à tenir tête à ses ambitieux prétendants. Connue surtout pour ses qualités de détricoteuse qui lui permettaient, sans laisser de traces, de faire disparaître la nuit son travail effectué le jour, elle mystifia longtemps les prétendants et gagna ainsi un temps précieux tandis que son mari sillonnait les mers et affrontait tempêtes et colères divines. Les prétendants, surpris de la voir tant travailler pour un résultat si maigre, en conçurent à la longue quelque soupçon (voir art. Sens commun). Le manège fut finalement révélé par une vilaine servante et elle ne dut son salut qu’au retour de son mari qui fit triompher le bon droit. Quoiqu’injustement calomniée dans certaines traditions divergentes, elle incarne toujours aujourd’hui un idéal universel de loyauté et de désintéressement. ➲ si nihil infesti durus uidisset Vlixes, / Penelope felix, sed sine laude foret (Ovide, Tr., V, 50-51).

Articles liés : Abdalonymus, Ad libitum, Arlequin roi des canards sauvages, Cassandre (Jouer les), Catéchisme du Lacédémonien, Comte des largesses sacrées, Et pour quelques dariques de plus, Fantôme d’Hélène (Le), Futurum monstrum, Lotophagie nationale, Morale publique, Nièce du Maine interloquée (La), Pantalon blanchi par les siens, Pétrone Maxime empereur éphémère, Phasma ou l’Ectoplasme, Petites Maisons (Les), Raison suffisante, Scherzo ma non troppo, Tripalium, Ulysse en jupons (Un), Vulgus pecus

Les prétendants de Pénélope la surprennent pendant la nuit, lorsqu'elle défait son ouvrage du jour précédent. The Iliad of Homer / engraved by Thomas Piroli, from the ; from the composition of John Flaxman, sculptor, Rome, 1793. Gallica - Bibliothèque nationale de France
Les prétendants de Pénélope la surprennent pendant la nuit, lorsqu’elle défait son ouvrage du jour précédent. The Iliad of Homer / engraved by Thomas Piroli, from the composition of John Flaxman, sculptor. Rome, 1793. Gallica – Bibliothèque nationale de France
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on RedditDigg thisBuffer this page

Lire aussi sur Insula :

Citer ce billet

Lucien B , « Pénélope d’après Lucien β, un pseudépigraphe inédit du XVIIIe s. », Insula [En ligne], ISSN 2427-8297, mis en ligne le 13 février 2017. URL : <http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2017/02/penelope-dapres-lucien-%ce%b2-un-pseudepigraphe-inedit-du-xviiie-s/>. Consulté le 27 février 2017.