Retour sur le Congrès international Digital Heritage – Marseille 2013

Entretien avec Isabelle Westeel.

Isabelle Westeel revient sur une des plus grandes manifestations de l’année 2013 consacrée au patrimoine et au numérique : Digital Heritage.

Isabelle Westeel, Conservateur des bibliothèques, directrice du Service commun de la documentation de l’université Lille 3 et chef de projet du « Vase qui parle ».

Christophe Hugot : Vous avez représenté l’université Lille 3 lors de cet événement important qu’est le Congrès international Digital Heritage. Quelle était la couleur de cette manifestation ?

digitalheritage2013Isabelle Westeel : Mon séjour à Marseille fut très court, juste le temps de participer à la journée organisée le 29 octobre par le Ministère de la culture et de la communication1 sur la politique en faveur du patrimoine et du numérique. Cette journée présentait les réalisations et les projets les plus innovants pour la connaissance, la conservation et la valorisation des patrimoines. « Une quinzaine de communications, présentées dans l’auditorium du MuCEM, ont permis d’appréhender concrètement les résultats de cette politique par des exemples couvrant l’ensemble des domaines patrimoniaux, archives, archéologie, musées, objets et monuments, et traitant d’éléments patrimoniaux extrêmement divers, de l’objet au site, en passant par le document d’archive. »

Cet événement prenait place dans un très grand congrès international de 5 jours (du 28 octobre au 1er novembre) très orienté Recherche et Développement sans pour autant négliger la question des publics et des médiations. J’ai également pu assister à certaines communications présentées le mardi soir.

Ch. Hugot : Que retenir en particulier de la journée organisée par le ministère ?

« Les effets spéciaux ne suffisent pas »

I. Westeel : Essentiellement la richesse et la diversité des projets tant du point de vue des techniques utilisées que des médiations culturelles et numériques. On a l’impression que tout est rendu possible en terme de valorisation du patrimoine quand on conjugue les compétences, les énergies, la complémentarité et la multidisciplinarité… Les présentations très variées ont permis de rappeler, s’il en est besoin, la force des contenus. Pas de bon projet sans bon scénario. « Les effets spéciaux ne suffisent pas » a noté un intervenant. Sonia Zillhardt a rappelé la forte dynamique de l’appel à projets « Services numériques culturels innovants » et a souligné la nécessité de remettre l’émotion et l’humain au cœur du numérique. Comment rendre l’émotion, la curiosité ? Comment également rendre les objets intelligibles ? Comment transmettre les codes de langage nécessaires à leur compréhension ? Comment travailler sur la qualité de la transmission du patrimoine à travers la donnée numérisée ?

Ch. Hugot : Quels projets en particulier ?

I. Westeel : Il est impossible de citer tous projets présentés, tant nationaux que locaux. La plupart des projets présentés sont des projets pionniers qui peuvent faire avancer l’ensemble du numérique. Citons le projet Valls du CAUE (Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement) des Pyrénées orientales parti du constat du manque de culture architecturale en France et qui met en lumière le patrimoine rural à travers les aventures de Jaume Valls par la bande dessinée2, le Projet Fondation Vasarely 3D3, la reconstruction du décor dispersé de la chapelle d’Écouen au XVIe siècle4 ou encore Les abris sculptés de la Préhistoire  du Ministère de la culture et de la communication5.

Le MuCEM a présenté le making of du film d’animation sur les Merveilles du monde antique présenté dans la galerie de la Méditerranée du musée, commande artistique aux étudiants de Supinfocom d’Arles sur le thème des sept merveilles du monde6. Enfin, les premières images du Simulex’Archeo (MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon), premier simulateur de fouilles archéologiques ont été révélées à cette occasion.

Ces projets sont exemplaires. L’étape suivante consiste à les modéliser et à fédérer des réseaux autour de ces dynamiques et de ces médiations.

Ch. Hugot : Le « Vase qui parle » avait donc toute sa place dans cette journée ?

Isabelle Westeel présente le Vase qui parle à Digital heritage - Photographie Isabelle Jouve : @isabellejouve - http://www.ysalide.com
Isabelle Westeel présente le Vase qui parle à Digital heritage – Photographie Isabelle Jouve : @isabellejouve – http://www.ysalide.com

I. Westeel : Bien entendu. La présentation du « Vase qui parle »7 a permis de rappeler le caractère véritablement innovant de ce dispositif immersif et interactif, sans tablette ni écran. L’innovation technique porte sur l’interaction multi-utilisateurs avec identification des personnes et retour d’information personnalisée qui démarque le vase des quelques autres projets avec pointeurs qui proposent un retour d’information collectif (visuel ou auditif) et non individuel. Il en est ainsi du dispositif ludique « Out of Bounds » réalisé par Chris O’Shea8 ou encore du projet Archifon9, grand instrument de musique virtuel et interactif contrôlé par des pointeurs laser.

Ch. Hugot : Était-il question de bibliothèques ?

I. Westeel : Non pas vraiment mais le numérique concerne finalement toutes les institutions ayant des missions fondamentales de conservation, d’enrichissement et de valorisation du patrimoine. Les musées sont au premier plan. Katerina El Raheb10 a présenté mardi soir à la Villa méditerranée une intervention très intéressante sur l’intérêt du storytelling pour le patrimoine en citant les exemples de la mise en scène de la Bataille des Thermopyles à la Foundation of Hellenic World ou encore le projet CHESS au Musée de l’Acropole qui fait parler les statues. Ses conclusions : il n’existe pas de recette miracle pour rendre le musée fun (sic) aux publics assez réfractaires comme celui des adolescents mais « prenons en compte les profils et les préférences des utilisateurs, adoptons des approches non-linéaires pour donner au visiteur le choix de suivre l’histoire du début à la fin ou d’en sauter certaines parties et surtout ayons une approche centrée sur l’utilisateur. »

Ch. Hugot : Et l’archéologie dans tout ça ?

I. Westeel : L’archéologie était partout, par de nombreux projets de reconstitution 3D et de réalité augmentée présentés dans l’espace exposition. Un billet ne suffirait pas pour évoquer ce lien si fort entre numérique et archéologie. La journée du mardi s’est terminée dans le grand auditorium de la Villa méditerranée pour une présentation, devant une salle comble équipée de lunettes 3D, du projet Giza 3D (Dassault  Systems)11, reconstitution en 3D du plateau de Gizeh, par  Peter der Manuelian, professeur d’égyptologie à l’université de Harvard. Une question de la salle : a-t-on une idée de l’utilisation de cette application pour l’enseignement de l’égyptologie ? Peter der  Manuelian voit cette publication numérique en ligne comme un outil de gestion du patrimoine, un entrepôt archéologique et surtout un outil d’enseignement tout à fait unique permettant de mieux comprendre le fonctionnement de ce vaste site archéologique.

Crédits photographiques et remerciements

Isabelle Westeel présentant le « Vase qui parle » à Digital Heritage 2013, le 29 octobre 2013 au MuCEM (Marseille). Photographies d’Isabelle Jouve (@isabellejouve) - http://www.ysalide.com

Isabelle Westeel présente le Vase qui parle à Digital Heritage – Photographie Isabelle Jouve : @isabellejouve – http://www.ysalide.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on RedditDigg thisBuffer this page

Notes du texte

  1. http://digitalheritage2013.sched.org/event/d6e04082409222e9de706321fd3a7ed2#.UnPkI1Ig9AQ []
  2. Projet Valls : http://www.valls.pro/carte/index.html []
  3. Projet Fondation Vasarely 3D : http://www.fondationvasarely.fr/3d/index.html []
  4. Ecouen : http://www.musee-renaissance.fr/chapelle/tour3.html []
  5. Les abris sculptés de la Préhistoire : http://www.sculpture.prehistoire.culture.fr []
  6. Voir sur Vimeo : http://vimeo.com/65349030. Le film d’animation du MuCEM présente aussi la 8e merveille du monde. Les conservateurs du MuCEM ont demandé aux étudiants d’y réfléchir et le résultat est tout à fait cohérent. Il faut aller au MuCEM pour la découvrir. []
  7. Le « Vase qui parle » : http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2013/10/vase-qui-parle []
  8. « Out of Bounds » : http://www.chrisoshea.org/out-of-bounds []
  9. Archifon : http://www.archifon.org []
  10. http://www.scoop.it/t/the-ecultobservatory []
  11. Giza 3D : http://giza3d.3ds.com/index.html#discover []

Lire aussi sur Insula :

Citer ce billet

Christophe Hugot, « Retour sur le Congrès international Digital Heritage – Marseille 2013 », Insula [En ligne], mis en ligne le 5 novembre 2013. URL : <http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2013/11/retour-sur-le-congres-international-digital-heritage-marseille-2013/>. Consulté le 2 octobre 2014.