La bibliothèque universitaire de Lille : en quête de témoignages et de documents

Une histoire de la Bibliothèque universitaire de Lille / 12.

Déjà le 12e billet de cette histoire de la bibliothèque universitaire de Lille écrite à partir des documents d’archives, la plupart conservés aux Archives nationales, des Annales de l’université de Lille et appuyée sur une connaissance concrète de l’établissement et de ses collections. Les archives de la bibliothèque municipale de Lille, hébergée pendant presque 50 années place Georges Lyon, permettent de recouper certaines informations.

Appel à témoignages et à documents

Bibliothèque universitaire de Lille : aile Angellier, vue sur le temple protestant construit entre 1870 et 1875
Bibliothèque universitaire de Lille : aile Angellier, vue sur le temple protestant construit entre 1870 et 1875

Les prochains billets concerneront la période plus contemporaine et les déménagements importants de la section Sciences, de la bibliothèque municipale et de la section Droit-Lettres1. Les archives locales manquent. La mémoire collective rapporte que les archives de la bibliothèque universitaire ont disparu lors du déménagement de la section Droit-Lettres à Villeneuve d’Ascq en 1974.

Nous lançons donc un appel à témoignages et à documents sur cette histoire plus contemporaine de la bibliothèque universitaire. Des témoignages écrits ou oraux d’étudiants, d’enseignants, de lillois, d’agents de la bibliothèque… seraient très précieux. Des photographies de l’intérieur du bâtiment de la place Georges Lyon, quasi inexistantes pour la période d’après-guerre, permettraient de mieux comprendre l’histoire des services et des collections.

Si vous souhaitez contribuer d’une façon ou d’une autre à l’histoire de la bibliothèque universitaire, n’hésitez pas à contacter l’adresse suivante :
isabelle [point] westeel [at] univ-lille3.fr

Écrire l’histoire des bibliothèques

Les bibliothèques font l’objet de recherches depuis longtemps et leur étude a donné lieu à des publications importantes comme l’Histoire des bibliothèques françaises2, somme considérable parue aux Éditions du Cercle de la librairie. Le sujet n’est pas épuisé3. Le Centre Gabriel Naudé (CGN ; EA 7286), lié à l’Enssib (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques) en a fait un axe important de recherches : Les bibliothèques, aujourd’hui, demain4.

La question de la mémoire des bibliothèques et des bibliothécaires préoccupe l’ensemble de la profession. En mars 2012, l’association BiblioPat5, dont le site a été mis en ligne le 27 mai dernier, a évoqué ce sujet dans sa liste de discussion. Les échanges portaient sur le déficit de mémoire dans ces établissements pourtant patrimoniaux. Comment pallier au déficit d’informations lors des départs en retraite ? Comment capitaliser et archiver l’information recueillie pendant des années ? Comment éviter de mener, plusieurs fois et à quelques années d’intervalle, les mêmes recherches sur les collections et les documents ? Comment aider à la gestion des collections par la connaissance intime de l’histoire de leur constitution ? La bibliothèque municipale de Toulouse a proposé une « capitalisation de l’expérience et des connaissances » d’une bibliothécaire travaillant depuis près de 40 ans à la Bibliothèque d’étude et de patrimoine un an avant son départ à la retraite. Cette question a fait l’objet d’un travail6 réalisé dans le cadre d’un Master 2 Cultures de l’Ecrit et de l’Image à l’enssib. On connaît assez peu d’expériences de ce type dans le service public, à part peut-être celle menée par la ville de Nantes auprès de ses agents en 2006 et confiée aux Archives municipales7 et consistant à recueillir trois cents témoignages oraux d’agents actifs ou en retraite.

Comme tant d’autres, le savoir des bibliothécaires sur leur établissement (bâtiment, personnel, collections…) est difficile à conserver et à transmettre tant cette mémoire suppose de temps passé à côtoyer les collections, d’échanges avec les professionnels et le public, de lectures… Cette thématique fera l’objet d’une journée d’étude Pratiques personnelles, mémoire professionnelle : de la maîtrise à la transmission organisée par l’association Bibliopat et qui auront lieu les 14 et 15 novembre à la BULAC (Bibliothèque universitaire des langues et civilisations) à Paris.

À suivre

Isabelle Westeel

Bibliothèque universitaire de Lille
Bibliothèque universitaire de Lille

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on RedditDigg thisBuffer this page

Notes du texte

  1. http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/00-SiteUniversite/htdocs/demenagement-bibliotheque.html []
  2. http://www.sudoc.abes.fr//DB=2.1/SET=2/TTL=1/SHW?FRST=9 []
  3. Varry, Dominique, « L’histoire des bibliothèques en France », BBF, 2005, n° 2, p. 16-22 <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2005-02-0016-003> []
  4. http://centregabrielnaude.enssib.fr/axe-2 []
  5. http://www.bibliopat.fr/ []
  6. Fanellie Curinier, Capitalisation des connaissances : quelle méthode ? ; sous la direction de Dominique Varry,…, Rapport de stage de master en sciences de l’information et des bibliothèques : services documentaires numériques, Villeurbanne, enssib, 2012. []
  7. Ce projet Les Mémoires de la ville, 1940-2000 : évolution du service public nantais durant ces soixante dernières années a été signalé sur la liste de discussion de BiblioPat. http://www.archives.nantes.fr/PAGES/MEMOIRES_VILLE/page1.htm. Nous n’avons pas trouvé d’informations complémentaires sur le site des Archives municipales de Nantes. []

Lire aussi sur Insula :

Citer ce billet

Isabelle Westeel, « La bibliothèque universitaire de Lille : en quête de témoignages et de documents », Insula [En ligne], ISSN 2427-8297, mis en ligne le 7 juin 2013. URL : <http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2013/06/la-bibliotheque-universitaire-de-lille-en-quete-de-temoignages-et-documents/>. Consulté le 20 janvier 2017.