Liliane Wetzel, bibliothécaire en chef des bibliothèques universitaire et municipale de Lille de 1937 à 1942

Une histoire de la Bibliothèque universitaire de Lille / 9.

L.E. Macaigne, bibliothécaire en chef à la Bibliothèque universitaire de Lille, admis à faire valoir ses droits à la retraite le 1er octobre 1937, est remplacé par Mlle Liliane Wetzel, bibliothécaire de la faculté de médecine de Marseille. Responsable d’une bibliothèque en grande difficulté matérielle, elle est héroïque durant la seconde guerre mondiale, et est l’auteure d’une étude portant sur la réforme des bibliothèques universitaires en France.

Précédents épisodes :
1. Origine de la Bibliothèque des Facultés de Lille
2. La bibliothèque universitaire en 1909
3. Les bibliothécaires de l’université de Lille entre 1883 et 1923
4. Il est difficile de compter les livres dans une bibliothèque
5. Le catalogage à la Bibliothèque universitaire de Lille
6. La bibliothèque universitaire de Lille pendant la Grande Guerre
7. Réflexions sur le métier de bibliothécaire au début du 20e siècle
8. La bibliothèque universitaire de Lille dans l’entre-deux-guerres

Liliane Wetzel est agrégée d’histoire, diplômée d’études supérieures d’histoire du Moyen Age, auteur d’une thèse, en 1927, sur le Concile de Vienne et sur l’ordre du Temple1. Elle prend son poste dans une période difficile. Les collections sont à l’étroit. « Les rayonnages sont actuellement remplis de livres et aucune extension n’est plus possible, qu’il s’agisse des périodiques, des collections, des ouvrages ou des thèses.2 » Le logement des collections de la bibliothèque municipale n’est pas réglé.

Bibliothèque universitaire de Lille
Bibliothèque universitaire de Lille

La situation budgétaire est désastreuse3. En 1937, la bibliothèque ne bénéficie d’aucune subvention ni de l’Etat ni de l’université, et son budget est réduit aux seuls droits de bibliothèque payés par les étudiants, soit environ 100 000 francs en tout (acquisitions, abonnements, reliure, entretien du matériel, frais de bureau) contre 212 273 francs en 1935. La réduction des crédits atteint ainsi 50 % du budget. La situation est encore aggravée par la hausse du mark, de la livre et du dollar. L’augmentation subie par les livres et les périodiques français est de l’ordre moyen de 60 %. Il est impossible d’acheter les ouvrages et revues nécessaires à la préparation des certificats de licence et des agrégations. « Les lacunes créées dans les collections de périodiques ne pourront être, plus tard, que bien difficilement réparées. »

La fréquentation de la bibliothèque universitaire est sensiblement la même que l’année précédente. Mais « les lecteurs seraient plus nombreux encore s’ils disposaient d’une salle plus vaste et mieux éclairée, mieux chauffée ; si la communication et le prêt des volumes étaient faits à un rythme plus rapide… Malheureusement, la pénurie de personnel et l’absence d’ascenseurs, dans un bâtiment composé de deux ailes de cinq étages, ont pour conséquence une déplorable lenteur.4 »

En 1937-19385, avec un budget effectif de 121 000 francs, 25 % des abonnements de périodiques sont supprimés. Aucun ouvrage ne peut être acheté, les souscriptions en cours sont toutes suspendues. La fréquentation de la bibliothèque reste stable. Les étudiants ne l’ont pas encore désertée.

La situation financière reste difficile en 1939-19406. Les abonnements subissent de nouvelles amputations. Les abonnements allemands sont interrompus.

L’évacuation des collections précieuses lilloises

Dès la déclaration de guerre, en septembre 1939, la bibliothèque municipale ferme au public. Le fonctionnement de la bibliothèque universitaire se ressent des conditions inhérentes à l’état de guerre. Certains bibliothécaires sont mobilisés.

Il est alors urgent d’organiser l’évacuation des collections précieuses. Liliane Wetzel pourvoit à la mise en sécurité des ouvrages précieux des deux bibliothèques avec le concours des garçons de la bibliothèque et de quelques pupilles de l’assistance publique. M Raoust, libraire-éditeur, apporte son concours7. Du 28 août au 8 septembre 1939, la réserve et les fonds précieux de la bibliothèque municipale sont ainsi mis en caisses8. Le 22 septembre 1939, cinq wagons, contenant plus de cinq milles caisses ou paquets, soit trente-sept tonnes de documents précieux des Archives du département du Nord et de la ville de Lille sont dirigés sur le centre d’Ille-et-Vilaine pour être évacués en Bretagne. Les documents précieux des bibliothèques suivent en novembre. Pour la bibliothèque municipale sont déplacés : 214 incunables, 360 manuscrits du fonds Godefroy, 1479 manuscrits du fonds général, 1522 ouvrages de la réserve, 417 ouvrages divers (recueils, atlas…), contenus dans 83 caisses d’un poids moyen de 140 à 150 kg9. Les ouvrages précieux de la bibliothèque universitaire remplissent 52 caisses.

L’ensemble des fonds lillois est réparti entre trois châteaux : Montauban et La Bourbansais en Ille-et-Vilaine pour, respectivement, les archives et les bibliothèques, Trévarez dans le Finistère pour les œuvres d’art10. En 1942, l’Inspection générale des bibliothèques et des archives prend la décision d’une nouvelle évacuation dans la Sarthe ou l’Eure-et-Loir. Les collections des archives et des bibliothèques sont transférées du château de la Bourbansais au château des Vaux11 (Eure-et-Loir).

Par Fredbo28 (Travail personnel) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) ou CC-BY-SA-3.0-2.5-2.0-1.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons
Château des Vaux . Photographie par Fredbo28 via Wikimedia Commons

L’exode de 1940 et l’héroïsme de Liliane Wetzel

Du 1er octobre 1939 au 10 mai 1940, la bibliothèque universitaire a une activité aussi voisine que possible de la normale. Elle fonctionne jusqu’au 18 mai à 12h.

« Le 18 mai 1940, à 9h du matin, le personnel reçoit l’ordre de se replier par ses propres moyens au Touquet, où devaient fonctionner les quatre facultés. Les archives administratives sont mises en caisse pour un enlèvement ultérieur. Le personnel ne put donc quitter Lille que dans l’après-midi. Mlle Wetzel, ayant pris ses trois adjointes dans sa voiture, se dirigea vers Le Touquet ; refoulée par les barrages militaires, et la route sur Lille étant coupée, elle dut se diriger sur Rennes, l’université de correspondance, où elle arriva avec son personnel le 22 mai, après un voyage extrêmement difficile. Les garçons, d’autre part, partis à pied, durent regagner Lille au bout de deux jours. A Rennes, où elles furent rejointes une semaine plus tard par le personnel des services administratifs du rectorat, venant de Saint-Valéry, les bibliothécaires furent affectées à un service d’ordre général. »

En juin 1940, Lille est allemande. La bibliothèque est ouverte, avec son petit personnel (sic) au complet, sous la direction de Mme Piétresson de Saint-Aubin, archiviste-adjoint.

Bundesarchiv Bild121-0464 : Lille, Essensausgabe an Polizisten
Soldats allemands devant la Caserne Négrier à Lille

Repartie de Rennes par ordre du recteur de Lille pour regagner cette ville, Liliane Wetzel est arrêtée le 1er juillet 1940 par les autorités allemandes pour vraisemblablement s’être opposée à la saisie des cartes géographiques à la bibliothèque universitaire. « Elle est placée successivement dans deux camps de concentration où elle est tombée malade12. Libérée au début d’août, elle a regagné Lille le 13 août par ses propres moyens, à ses risques et périls. Depuis lors elle a assuré le service de ses bibliothèques dans les conditions les plus difficiles13. »

La fréquentation et l’activité de la bibliothèque universitaire accusent alors un fléchissement de presque 50 %, dû au départ de nombreux étudiants mobilisés ou évacués volontaires. L’établissement fonctionne normalement en 1940-1941 malgré les circonstances. La fréquentation remonte. Il est cependant devenu impossible de se procurer de nombreux périodiques français et étrangers.

Une étude sur la réforme des bibliothèques françaises

Rapport de Liliane Wetzel
Rapport de Liliane Wetzel

Pendant l’Occupation, Liliane Wetzel, vice-présidente du syndicat des bibliothécaires depuis 1937 et membre du comité de l’Association des bibliothécaires français participe activement aux réflexions de la profession sur l’organisation et l’avenir des bibliothèques. Elle est l’auteur d’un rapport sur la réorganisation de l’ensemble des bibliothèques françaises14 à l’exclusion de la bibliothèque nationale.

Cette étude lui a été commandée, au début de la guerre, par les deux inspecteurs généraux des bibliothèques et des archives, Charles Schmidt et Emile Dacier15. Liliane Wetzel préconise « la création d’une direction des bibliothèques, la séparation de l’inspection générale des bibliothèques et de l’inspection générale des archives, ou encore la normalisation du catalogage16. » Elle prévoit en particulier la prise en charge directe des bibliothèques universitaires par l’Etat. Cette prise de position peut résulter du sentiment partagé dans la profession du désintérêt manifesté par les universités pour leurs bibliothèques. La situation budgétaire est difficile et les bibliothèques peinent à trouver leur place depuis le début du siècle. L’organisation des Commissions de bibliothèques vue comme une contrainte et l’absence du bibliothécaire en chef dans certaines instances de l’université posent des problèmes. Les débats sont complexes17. Le rapport de Liliane Wetzel a pu avoir une influence dans l’organisation administrative des bibliothèques après la Guerre18.

Le 1er août 1942, Liliane Wetzel quitte le poste de Lille et est nommée bibliothécaire en chef de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine19.

À suivre

Isabelle Westeel

Crédits photographiques

Château des Vaux : Attribution : Fredbo28 CC-BY-SA  (Wikimedia Commons) ; Lille, Essensausgabe an Polizisten : Attribution: Bundesarchiv, Bild 121-0464 / CC-BY-SA (Wikimedia Commons)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on RedditDigg thisBuffer this page

Notes du texte

  1. Liliane Wetzel, Le Concile de Vienne, 1311-1312 et l’abolition de l’ordre du Temple, Paris, Dervy, 1993. Ouvrage disponible à la Bibliothèque Michelet de l’université Lille 3. []
  2. « Rapport sur la situation et le fonctionnement de la bibliothèque de l’université pendant l’année scolaire 1936-1937 » par Mlle Wetzel, … dans Annales de l’université de Lille, 1936-1937, p. 123. []
  3. Ibid. p. 123. Voir aussi Livre de la Commission de la bibliothèque… Séance du 15 décembre 1937. []
  4. Ibid. p. 124. []
  5. Annales de l’université de Lille, 1937-1938, p. 28. []
  6. Annales de l’université de Lille, 1939-1940, p. 10-12. []
  7. La librairie Raoust a été fondée à Lille en 1838. Emile Raoust a édité de nombreux ouvrages. La librairie qui était  située Rue neuve a cessé ses activités en 2004. []
  8. Archives municipales de Lille 5H6/3 []
  9. Odette Crombez, Rapport sur la protection des collections de la Bibliothèque municipale de Lille, 1951, BM Lille, Archives. []
  10. Exposition des trésors de la Flandre française, catalogue officiel, Lille, Société des amis du musée, 1946, p. 5. []
  11. https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_des_Vaux []
  12. Marcel Bouteron, Papiers 1941-1945, Arch. Nat., F17/ 17963. Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées : les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2008, p. 237. []
  13. Liliane Wetzel doit aussi prendre des dispositions pour se conformer aux instructions liées à la liste Otto des livres interdits dans les bibliothèques. http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/00-SiteUniversite/htdocs/seconde-guerre.html ; Martine Poulain, op. cit., p. 265. []
  14. Liliane Wetzel, Etude sur la réforme des bibliothèques françaises : I. Exposé critique de la situation actuelle II. Projet de statut de la lecture et de la documentation publique, 1940. []
  15. Liliane Wetzel, « Les bibliothèques universitaires et l’évolution de l’enseignement supérieur » dans La revue administrative, n° 82-83, 1961. []
  16. Alain Gleyze, Concentration et déconcentration dans l’organisation des bibliothèques françaises de province (1855-1985), Thèse, Lyon 2, 1999. http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/1999/agleyze#p=0&a=top ; http://theses.univ-lyon2.fr/documents/getpart.php?id=lyon2.1999.agleyze&part=5251 []
  17. Martine Poulain, op. cit., p. 181-182 en particulier. []
  18. Alain Gleyze, op. cit. []
  19. BDIC : 1917-2000 : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, un organisme public d’information et de recherche international, présentée par Joseph Hüe,…, Nanterre, Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, 1997. []

Lire aussi sur Insula :

Citer ce billet

Isabelle Westeel, « Liliane Wetzel, bibliothécaire en chef des bibliothèques universitaire et municipale de Lille de 1937 à 1942 », Insula [En ligne], ISSN 2427-8297, mis en ligne le 17 mai 2013. URL : <http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2013/05/liliane-wetzel/>. Consulté le 20 juillet 2017.