Actualité des recherches des étudiants de Master 2 « Sciences de l’Antiquité » de Lille 3

Journée d’études le 19 mars 2013.

La valeur n’attend point le nombre des années. Pour valider cet adage, certains étudiants en Master 2 de Sciences de l’Antiquité à l’université Lille 3 vont exposer leurs travaux dans le cadre d’une journée d’études, le mardi 19 mars 2013. Nous avons demandé à Antoine Bloc, étudiant en Master 2 et organisateur de cette journée ouverte à tous, de nous présenter le programme.

Christophe Hugot : Cette journée d’étude est consacrée aux recherches en cours par des étudiants de Master 2 en Sciences de l’Antiquité. Pourquoi cette journée orientée vers les Masters 2 ?

Journée d'études - Master 2 (Lille 3)
Journée d’études – Master 2 (Lille 3)

Antoine Bloc : Nombreux sont les étudiants arrivant à l’université qui ne connaissent pas dans ses détails le domaine de la recherche, ses laboratoires, ses opportunités, l’organisation d’une étude, de projets…, ou encore des étudiants de Master qui n’ont pas connaissance des sujets traités par leurs collègues, alors que ces derniers pourraient être complémentaires. Cette journée permettra de présenter les études en cours, les pistes de recherches, les différentes méthodes d’analyse, mais aussi les difficultés d’approche ; une mise en commun qui sera bénéfique pour les étudiants de Master, mais également pour ceux et celles qui assisteront à cette présentation. En effet, la mise en avant des différents mémoires donnera un aperçu aux étudiants de Licence qui souhaiteraient poursuivre par la suite, et en cela, nous pourrions répondre à leurs questions et à leurs attentes.

Ch. Hugot : Quelles peuvent être l’importance de recherches menées en Master 2 ?

A. Bloc : Des recherches d’étudiants en Master sont à prendre en compte et sont d’importances car elles représentent en général un travail de deux ans, se terminant par une synthèse et une soutenance, en préambule d’une entrée en thèse. Au final, le but de cette journée d’étude sera la mise en commun des travaux, l’échange et l’ouverture à diverses disciplines ainsi que la mise en avant de la recherche des étudiants de l’université.

Ch. Hugot : Les Sciences de l’Antiquité étant riches à Lille 3, le programme de la journée sera sans doute éclectique.

A. Bloc : Effectivement. La journée d’étude débutera sous le signe de la préhistoire. Noémie Sévèque nous présentera le gisement de Caours qui livre une faune typiquement Interglaciaire (cerf, daim, chevreuil, aurochs, rhinocéros des prairies, cheval, sanglier, ours brun, loup), sur quatre niveaux d’occupation. Son mémoire a pour but de définir la saisonnalité d’abattages des animaux, grâce à l’étude du matériel dentaire, et ainsi la saisonnalité d’occupation des habitats. Les profils d’abattage, la détermination des classes d’âge et la représentation des espèces au sein de chaque niveau constituent les modalités de gestion du gibier par les Néandertaliens.

Ensuite, nous faisons un bon dans le temps et nous partirons directement pour l’époque Laténienne. Grégoire Danjou nous parlera de son étude sur les anneaux de chevilles à oves creux du IVe-IIIe siècle av. notre ère, en Europe. Les centres de productions de ces anneaux se situent en Hongrie et en Bohême (République Tchèque principalement). Les anneaux de Niort ont été découvert dans la région de Poitou-Charentes. Le but de son mémoire est de comparer les chaînes opératoires entre ceux du Centre de l’Europe et la paire d’anneaux de Niort, ainsi que d’établir les différentes hypothèses de leurs présences sur l’extrémité atlantique du monde laténien.

Proche de l’époque laténienne, Le sujet de Mélissa Decarsin comprend l’étude de l’origine des capitales de cités et des colonies de Britannia à l’époque gallo-romaine du IIe s. av-IIe s. ap., vingt-et-un sites au total, du sud de la province jusqu’au mur d’Hadrien. Ces études dévoilent des origines variées, dépendant de nombreux facteurs. Une comparaison des différentes cités entre elles tout d’abord, puis avec celles fondées sur le Rhin permettra de voir si des similitudes se dégagent.

L’époque romaine sera illustrée par le travail de Ludovic Hiltenbrand qui entreprend d’étudier un aspect de la religion romaine, non pas en étudiant les sanctuaires et les temples de manière « traditionnelle », mais en étudiant les problématiques et les fonctions du macellum ; le marché alimentaire des Romains. Traditionnellement limité aux études économiques ou architecturales, nous verrons en quoi se caractérise le culte dans ce type d’édifice quotidien.

Ch. Hugot : De votre côté, vous nous parlerez d’Isis.

A. Bloc : Restant dans le domaine de la religion, je vais effectivement évoquer mon étude sur les associés d’Isis dans les sanctuaires d’Italie. Le but de cette étude est la compréhension de la pénétration des cultes égyptiens dans le panthéon romain. Entre syncrétisme, association et fusion. L’intérêt de ce mémoire est de déterminer si les dieux associés à Isis sont liés à elle soit pour des raisons de caractères et de fonctions divins, créant une « Isis myrionimi », soit pour être de simples ornemanta.

La deuxième partie de cette journée commencera par de l’égyptologie, où la France a une longue tradition pour cette science depuis le XVIIIe siècle avec une véritable fascination pour la culture et l’histoire de l’Égypte antique. Adrien Louarn nous parlera de la déesse Neith, déesse de la guerre, de la chasse et de la sagesse, patronne de la ville de Saïs. Neith est une déesse qui apparaît sur des statuettes en compagnie de deux crocodiles. Cette iconographie trouve son équivalent dans certains textes décrivant des rituels. Le propos de son mémoire est d’arriver à expliciter tout ce qui touche à ce groupe divin: dans quels actes rituels concrets était-il impliqué, qu’est-il censé représenter, à quoi renvoyait-il dans l’imaginaire égyptien ?

Ch. Hugot : Les littératures antiques sont-elles présentes dans votre programme ?

A. Bloc : Evidemment ! La recherche en langues anciennes est vivace à Lille 3 et Léna Bourgeois nous fera part des discours littéraires sur Hélène de Troie depuis l’époque homérique jusqu’à l’époque classique. Depuis les épopées homériques, qui présentent Hélène comme un personnage ambigu, jusqu’aux Éloge d’Hélène composés par les rhéteurs Gorgias et Isocrate à l’époque classique, les sources littéraires évoquant Hélène portent des discours très différents sur cette femme, considérée par les Grecs comme la cause de la guerre de Troie, et notamment sur la question de sa responsabilité dans le déclenchement et la poursuite de la guerre. Une analyse philologique de ces sources permet d’étudier, selon une perspective diachronique, comment les auteurs anciens ont traité cette question.

Enfin pour clôturer cette journée, nous nous rendrons à l’époque médiévale, une période riche en vestiges archéologiques trop longtemps sous-estimés. Ainsi, Grégory Gay nous présentera son étude concernant les traces de taille de pierre à l’abbaye de Vaucelles. Les traces d’outils de taille de pierre constituent des marqueurs dont le rôle est primordial pour la compréhension d’un édifice. Celles relevées à l’abbaye de Vaucelles apportent ainsi de nombreuses informations sur les méthodes de constructions cisterciennes. L’étude de ces traces offre également des éléments esthétiques, techniques et chronologiques.

Informations pratiques

Le mardi 19 mars 2013 : Journée d’études « Actualité des recherches des étudiants de Master 2 « Sciences de l’Antiquité » de Lille 3 » : Université Lille 3. Maison de la Recherche. Salle F0.41. Y aller.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on RedditDigg thisBuffer this page

Lire aussi sur Insula :

  • Pas de billets sur le même sujet.

Citer ce billet

Christophe Hugot, « Actualité des recherches des étudiants de Master 2 « Sciences de l’Antiquité » de Lille 3 », Insula [En ligne], ISSN 2427-8297, mis en ligne le 26 février 2013. URL : <http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2013/02/master-sciences-antiquite/>. Consulté le 27 juin 2017.