Exposition « Futur antérieur » : trésors archéologiques du 21e siècle après J.-C.

Exposition à Marquette-Lez-Lille jusqu’au 25 novembre 2012.

Quelles explications donneront les archéologues à nos objets du quotidien, quand ils les découvriront et les commenteront en 4002 ? C’est à cette question que répond avec humour l’exposition « Futur antérieur ». Créée en Suisse par le Musée romain de Lausanne-Vidy, présentée dans la métropole lilloise dans le cadre de « Fantastic » / Lille3000 jusqu’au 25 novembre 2012, « Futur antérieur » montre au grand public que l’archéologie « se conjugue toujours à l’imparfait ».

Quand l’archéologie se conjugue à l’imparfait …

Exposition Futur antérieur © Musée de Lausanne-Vidy
Vase d’apparat et statuette d’homme avec gobelet à libation © Musée de Lausanne-Vidy

« Que restera-t-il de nous dans 2000 ans ? ». Mais aussi : « Que comprendront de notre vie d’éventuels archéologues du futur ? ». Ce sont les deux questions essentielles posées par Laurent Flutsch, Conservateur du Musée de Lausanne-Vidy et concepteur de l’exposition itinérante « Futur antérieur ».

Le propos de l’exposition est d’imaginer quels discours les archéologues du futur porteront sur des objets fragmentaires en métal, en verre, en terre cuite ou en pierre, exhumés ici ou là, par hasard, s’il ne devait rien rester d’autre comme traces de notre civilisation.

C’est avec sérieux que nos objets du quotidien, vieillis et abîmés, privés de contexte, sont étudiés et doctement résumés sur les cartels, mais d’une manière souvent erronée. Des matériaux composites sont présentés comme des maquettes de villes, un arrosoir est considéré comme un récipient en métal « probablement réservé au service de boissons de prix », un graffiti sur un mur de béton est exposé comme le vestige émouvant du décor d’une pièce d’apparat, des douilles deviennent des fioles à parfum.

Ce qui est trivial devient sacré, ce qui est sacré devient trivial et involontairement sacrilège : un Christ en croix est par exemple interprété comme une figure de sportif « en petite tenue ». On ne résiste pas à retranscrire un extrait de la description d’un nain de jardin :

« Portant une longue barbe et coiffé d’un bonnet, l’homme est sans nul doute un haut personnage, notable ou plus vraisemblablement prêtre, dont la physionomie bienveillante souligne la fonction protectrice. Son costume, tunique claire et ceinture à la taille, pantalons et chaussures arrondies, fournit un précieux témoignage de l’apparence vestimentaire des hommes de haut rang … »

Les commentateurs de ces objets sont honnêtes. Des doutes sont ainsi parfois exprimés sur l’analyse des artefacts, des conclusions divergentes entre spécialistes ne sont pas cachées. Au final, certaines interprétations se révèlent justes.

L’humour de cette exposition pose le problème très sérieux de l’interprétation et interroge les limites des méthodes archéologiques.

Futur antérieur : infos pratiques

Exposition « Futur antérieur »
Eglise Notre-Dame de Lourdes, rue de Lille, Marquette-Lez-Lille
du 15 septembre au 25 novembre, dans le cadre « Fantastic »/Lille3000.
Entrée libre. Visites guidées toutes les heures.
Ouverture uniquement le samedi et le dimanche, de 15h à 18h
(et du 19 au 25 novembre, tous les jours, aux mêmes horaires).
Possibilité d’ouverture pour les groupes en semaine sur réservation
Infos : Tél. 03 20 14 51 00 ; mail : c.fouquet@marquettelezlille.fr
http://www.marquettelezlille.fr
Site de Fantastic2012 : http://www.fantastic2012.com

Pour en savoir plus

Le catalogue : Laurent Flutsch, Futur antérieur, trésors archéologiques du 21e siècle après J.-C., Infolio, 2002 [voir notice].

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on RedditDigg thisBuffer this page

Lire aussi sur Insula :

Citer ce billet

Christophe Hugot, « Exposition « Futur antérieur » : trésors archéologiques du 21e siècle après J.-C. », Insula [En ligne], ISSN 2427-8297, mis en ligne le 1 octobre 2012. URL : <http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2012/10/exposition-futur-anterieur/>. Consulté le 30 mars 2017.