Boat 1550 BC : mise à l’eau du bateau ‘Ole Crumlin-Pedersen’

Un symbole protohistorique de l’Eurorégion.

boat1550bcLe 12 mai 2012, la réplique d’un bateau datant de l’Âge du bronze sera mise à l’eau à Douvres, en Angleterre. Il s’agit d’une nouvelle et importante étape pour « Boat 1550 BC », un projet européen conduit par des archéologues de trois pays (France, Angleterre, Belgique) et mené par l’Université Lille 3 et la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société de Lille.

Une découverte archéologique majeure

Il y a près de vingt ans, en septembre 1992, les archéologues du Canterbury Archaeological Trust (CAT) intervenant dans le cadre d’une fouille d’archéologie préventive à Douvres, ville côtière et portuaire dans le Sud-Est de l’Angleterre, mettent au jour des planches de chêne soigneusement assemblées par des systèmes de tenons et mortaises, des liens végétaux. Sous six mètres de sédiments, ils viennent de découvrir un bateau, conservé sur un peu plus de 9 mètres de long. La datation radiocarbone révèle que l’embarcation est vieille de 3500 ans.

Boat 1550 BC © Anne Lehoërff
BOAT 1550 BC © Anne Lehoërff

Il s’agit d’une découverte majeure. Le bateau de Douvres, l’un des plus vieux bateaux maritimes d’Europe, apporte la preuve que la mer n’était pas un obstacle pour ces hommes de l’Âge du bronze mais un lieu de passage ordinaire autour duquel se rassemblait une communauté transmanche.

Le « Dover Boat » est alors restauré et exposé dans une galerie du Musée de Douvres dès 1999. Autour des vestiges protégés par une cage de verre, une scénographie retrace l’histoire maritime et l’Âge du bronze. Parallèlement, les spécialistes d’archéologie maritime tentent de comprendre toutes les subtilités de la trouvaille. Si le bateau a été préservé sous l’épaisseur des sédiments, celui-ci est privé de sa proue et avait été partiellement démonté au moment de son abandon. Au terme de quinze années de recherches internationales, les archéologues sont pourtant en mesure d’en proposer une restitution : le bateau mesurait 18 mètres de long, avait une largeur de 3 mètres et seize hommes pouvaient prendre place à son bord pour le manœuvrer à la pagaie. Tous les matériaux qui le constituaient ont été identifiés, ainsi que les outils employés pour sa construction. Les spécialistes sont formels : le système est si complexe, que seuls des charpentiers de marine spécialisés ont pu être à l’origine d’une telle réalisation.

Une fois les plans établis, il était possible d’en envisager une réplique dans le cadre d’une archéologie expérimentale. C’est cette réplique qui sera mise à l’eau le 12 mai 2012.

Mise à l’eau de la réplique du Bateau ‘Ole Crumlin-Pedersen’

BOAT 1550 BC © Anne Lehoërff
BOAT 1550 BC © Anne Lehoërff

Une équipe d’experts s’est rassemblée à Douvres pour renouer avec cette première charpenterie de marine de l’histoire européenne et construire un bateau à l’échelle un demi avec les matériaux, les outils et les techniques utilisés en 1550 avant notre ère. Le chantier a duré plusieurs semaines. Le bateau est achevé. Sa mise à l’eau sera effectuée à Douvres le 12 mai 2012 : ce sera l’occasion d’un programme festif à partir de 13h00 sur le front de mer qui comportera le baptême de la réplique, des démonstrations sur l’eau, des discussions avec les constructeurs, des débats avec les archéologues.

La réplique du bateau de l’Âge du bronze porte le nom d’Ole Crumlin-Pedersen. Né en 1935 à Hellerup (Danemark), doyen de l’archéologique nautique, Ole Crumlin-Pedersen est décédé en octobre 2011 alors qu’il travaillait sur les plans du Boat 1550 BC. « He was determined to ensure that his ideas on the Dover Bronze Age Boat were made use of even in the last week of his life », écrivent Richard Darrah et Lee Hooper.

Autour du ‘Ole Crumlin-Pedersen’

L’étape suivante sera la présentation de la reconstitution du bateau dans le cadre de l’exposition itinérante Par delà l’horizon, sociétés en Manche et Mer du Nord il y a 3500 ans qui se tiendra au Château-Musée de Boulogne-sur-Mer du samedi 30 juin au mardi 6 novembre 2012. Cette exposition sera l’occasion pour les archéologues de raconter l’histoire méconnue des côtes de la Manche et de la mer du Nord il y a 3500 ans et faire redécouvrir une identité commune qui renforce l’idée d’une « Eurorégion » de longue durée… Dans une scénographie réalisée par l’Agence bruxelloise KASCEN, l’exposition présentera au public, et plus particulièrement au jeune public, une série de dispositifs pour découvrir l’espace transmanche, le bateau, l’artisanat, les échanges, la vie quotidienne, l’habitat, les croyances et les rituels ludique.

Des conférences thématiques seront proposées gratuitement au public en parallèle à l’exposition. Trois colloques internationaux sont également programmés. Le premier colloque, en collaboration avec l’Université du Littoral, se tiendra à Boulogne-sur-Mer du 3 au 5 octobre 2012 sous le titre « Par delà les frontières. Voyager, échanger, communiquer en Europe du IVe au milieu du Ier millénaire ».

On reviendra bien entendu sur ces événements dans « Insula ».

Les porteurs du projet Boat 1550 BC

« Boat 155O BC » est un projet soutenu par le Programme Interreg IVA des 2 Mers de l’Union européenne. Ce programme souhaite favoriser la coopération transfrontalière entre les régions côtières de quatre États-Membres : France (Nord-Pas de Calais), Angleterre, Flandre belge et Pays-Bas (côte sud) et dispose d’un budget FEDER (Fonds Européen de Développement Régional).

Coordonné par Anne Lehoërff, Maître de conférences à l’université Lille 3, le projet « Boat 1550 BC » est conduit par des archéologues de trois pays (France, Angleterre, Belgique). Sept partenaires se sont associés pour mieux faire connaître cette très ancienne histoire commune à travers différentes manifestations et en accordant une attention particulière au jeune public. Le chef de file est l’Université Lille 3 avec la MESHS de Lille. Les autres partenaires sont le Canterbury Archaeological Trust (CAT ), l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), la Canterbury Christ Church University (CCCU), l’Université de Gand, le centre départemental d’archéologie – Conseil Général du Pas-de-Calais et la Ville de Boulogne-sur-Mer. Par ailleurs, le Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais apporte son soutien au projet dans ses aspects de médiation scientifique, dans le cadre du projet de Learning Center archéologie/égyptologie de l’Université Lille 3.

Pour en savoir plus

Le site officiel du projet « Boat 1550 BC » sur le site de la MESHS.

Le site du Programme Interreg IVA des 2 Mers.

La scénographie de l’exposition « Par-delà l’horizon … » sur site de l’Agence KASCEN.

La conférence d’Anne Lehoërff, « L’Âge du bronze dans l’espace Manche-Mer du Nord. Le regard de l’archéologie » en podcast sur le site de la MESHS.

Le blog de « Robin Wood » permet de suivre en photographies les différentes étapes de reconstruction du ‘Ole Crumlin-Pedersen’.

À propos de Ole Crumlin-Pedersen : le site du Vikingeskibsmuseet.

L’exposition « Par delà l’horizon, sociétés en Manche et Mer du Nord il y a 3500 ans » sera présentée successivement au Château-Musée de Boulogne-sur-Mer (Nord-Pas de Calais, France) à partir du 29 juin 2012, au musée archéologique Ename (Velzeke, Flandre belge, Belgique) de janvier à mai 2013 et au musée archéologique de Douvres (Kent, Angleterre) de juin à décembre 2013. Un catalogue de 168 pages sera publié par les éditions Somogy à cette occasion.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on RedditDigg thisBuffer this page

Lire aussi sur Insula :

Citer ce billet

Christophe Hugot, « Boat 1550 BC : mise à l’eau du bateau ‘Ole Crumlin-Pedersen’ », Insula [En ligne], mis en ligne le 30 avril 2012. URL : <http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2012/04/boat-1550-bc/>. Consulté le 24 July 2014.