L’apport lillois aux fouilles françaises à Thasos

Entretien avec Arthur Muller à l’occasion de l’exposition « 100 ans de fouilles françaises à Thasos » à Lille 3

L’exposition Archéologie d’une île : 100 ans de fouilles françaises à Thasos, organisée dans le cadre du Learning Center archéologie/égyptologie, prend ses quartiers jusqu’au 15 décembre 2011 à la Bibliothèque centrale de l’université Lille 3. Dans ce billet, nous soulignerons l’apport des archéologues de l’université Lille 3 aux fouilles thasiennes en interrogeant Arthur Muller, professeur d’archéologie grecque à Lille 3, actuel Directeur des études (antiquité et byzance) à l’École française d’Athènes et … « Thasien ».

Christophe Hugot : Des archéologues français fouillent à Thasos depuis le 4 mai 1911, jour où Charles Picard assisté de Charles Avezou a débuté ses fouilles sur l’Acropole de Thasos. Quels sont les liens des chercheurs de Lille 3 et les fouilles thasiennes ?

Arthur Muller : Ce sont des liens désormais trentenaires : ils passent par l’EfA, qui travaille à Thasos depuis un siècle. En 1981, en effet, Lille 3 a recruté un Maître de conférences sortant de l’EfA (le premier à Lille). Depuis, cet enseignant-chercheur « thasien » a toujours inscrit ses travaux thasiens dans les programmes des centres de recherche lillois, dans leurs statuts successifs (le CRA, centre propre de Lille 3, puis composante d’une Équipe d’accueil confédération de centres de recherches historiques, puis l’EA-Halma, puis UMR Halma etc). Depuis 1992, ce qui n’était encore en grande partie que recherche individuelle (du moins du point de vue de Lille) est devenu travail d’équipe : d’une part pour la fouille (avec l’arrivée à Lille d’un deuxième « athénien-thasien » en 1995), d’autre part pour la recherche sur les offrandes dans les sanctuaires thasiens (figurines de terre cuite principalement). En 1993, cela a été formalisé dans une convention Lille 3-EfA, que précise depuis chaque année un avenant soumis au CA de Lille 3 : il précise les opérations de collaboration avec l’EfA, parmi lesquelles Thasos garde toujours une position privilégiée. Depuis 1996, ces opérations font partie intégrante des programmes quadriennaux tant de Lille (CRA, puis Halma, puis Halma-Ipel) que de l’EfA. Elles associent désormais une demi-douzaine de chercheurs et enseignants chercheurs lillois, auxquels s’ajoutent des ingénieurs (pour la photographie, pour la gestion des données) sur les deux programmes initiaux : fouille au cœur de la ville antique, et travail en musée sur les offrandes.

Ch. Hugot : Quels sont les bénéfices d’une collaboration entre chercheurs de l’université Lille 3 et l’Ecole française d’Athènes ?

A. Muller : Grâce à ce partenariat et à cette présence continue depuis 1981, le nom de Lille 3 est désormais associé à la recherche française à Thasos. Le partenariat EfA-Lille 3 à Thasos profite aux deux institutions : l’EfA trouve à Lille les chercheurs dont elle a besoin pour mener à bien ses programmes, les Lillois trouvent grâce à l’EfA les importants compléments de financements qui leur permettent de travailler, en plus, évidemment, de l’aide administrative (en particulier les rapports avec le Ministère de la culture grec) et de l’aide logistique.

Ch. Hugot : Cette collaboration avec des chercheurs implique-t-elle aussi les étudiants ?

A. Muller : Oui, bien sûr ! Depuis 1983, des étudiants lillois sont associés à l’un ou l’autre des deux programmes : en petit nombre certes – une demi-douzaine en moyenne chaque année, pour des stages d’un mois à 5 semaines – ce qui fait désormais plus d’une centaine d’étudiants de Lille qui sont passés par Thasos. En règle générale, l’EfA prend en charge leur séjour (le « per diem » et l’hébergement), et Lille 3 finance le voyage (par l’intermédiaire de l’UFR, le Centre de recherche, l’École doctorale, le « Contrat aide à la réussite »).

Ch. Hugot : Qui sont ces étudiants et quelles sont leurs tâches sur un chantier ?

A. Muller : Ces « stagiaires », recrutés généralement à partir du niveau L3 en archéologie avec une première expérience de terrain acquise en France (naguère à Bavay, qui était alors chantier-école de Lille 3), viennent compléter leur formation aux méthodes et techniques de l’archéologie. Sur le terrain, ils participent à la fouille proprement dite : brouette, pioche et pinceau ! En outre, ils participent à toutes les phases de l’enregistrement et du relevé, écrit ou graphique (ce qui implique le maniement des instruments topographique et photographique). Au musée, ils participent aux campagnes de post-fouille et à l’étude des collections de musée (en particulier les collections de figurines de terre cuite ou les vases). Parallèlement à leur stage proprement dit, ces étudiants reçoivent une formation complémentaire sous forme d’exposés (il y a chaque été une nombreuse communauté de « thasiens », spécialistes de domaines divers) et bien sûr à travers la visite systématique des nombreux sites de la ville et de l’île de Thasos. Enfin, quelques étudiants lillois ont pu étudier des collections de mobiliers au musée de Thasos dans le cadre de travaux universitaires (maîtrises, DEA, Master désormais, et thèse). Deux d’entre eux qui ont commencé comme stagiaires à Thasos sont devenus à Lille 3 respectivement chercheur et enseignant-chercheur : à leur tour ils associent de nouvelles générations d’étudiants à leur travaux thasiens.

En savoir plus

  • À partir du 16 novembre jusqu’au 15 décembre 2011 : exposition « Archéologie d’une île, 100 ans de fouilles françaises à Thasos », Hall de la Bibliothèque universitaire centrale de l’université Lille3. Entrée libre. Horaires : de 8h30 à 20h00, du lundi au jeudi (19h le vendredi) et de 9h00 à 12h00 le samedi. Y aller.
  • Le 15 novembre 2011 à 17h30 : conférence de Dominique Mulliez, Salle de travail libre : rez-de-chaussée de la Bibliothèque universitaire centrale de Lille 3. Entrée libre.
  • On pourra lire notre billet sur l’exposition réalisé pour Insula lors de sa présentation  dans le cadre des Journées du Patrimoine à Lille : un siècle de fouilles françaises à Thasos.
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on RedditDigg thisBuffer this page

Lire aussi sur Insula :

Citer ce billet

Christophe Hugot, « L’apport lillois aux fouilles françaises à Thasos », Insula [En ligne], ISSN 2427-8297, mis en ligne le 14 novembre 2011. URL : <http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2011/11/fouilles-des-lillois-a-thasos/>. Consulté le 27 avril 2017.