Autour du « Casque d’Agris »

Exposition, conférences et animations autour de la bd Le Casque d’Agris

L’université Lille 3 présente l’exposition consacrée à la bande dessinée Le casque d’Agris, intitulée : « Le Casque d’Agris : quand la BD redonne vie aux Gaulois ». Cette exposition, qui se tiendra dans le hall de la Bibliothèque centrale, du 15 mars au 14 avril 2011, intervient dans le cadre de la création du Learning Center Archéologie/Égyptologie. Autour de cet événement, se dérouleront conférences et animations qui, comme l’exposition, sont ouvertes à tous.

Le Casque d’Agris : de l’objet archéologique à la bande dessinée

Le casque d’Agris : chef-d’œuvre de l’orfévrerie celtique

Casque d'Agris © Photo Thierry Blais, Le Musée d'Angoulême
Casque d’Agris © Photo Thierry Blais, Le Musée d’Angoulême

En mai 1981, des spéléologues découvraient une cavité de la Grotte des Perrats sur la commune d’Agris (Charente) et mettaient au jour des éléments métalliques, les premiers retrouvés d’un chef-d’œuvre de l’orfèvrerie celtique : le casque d’Agris. Les fouilles allaient permettre aux archéologues de reconstituer l’objet au fur et à mesure des trouvailles. Le casque, parvenu incomplet, est réalisé en fer et en bronze, rehaussé d’or et de corail. Il ne s’agit pas d’un casque ordinaire mais d’un objet d’apparat, daté vers 350 avant notre ère, au décor composé de motifs variés. Le casque d’Agris serait une offrande faite dans un sanctuaire rupestre. Son lieu de fabrication a d’abord été situé en Italie septentrionale ou centrale adriatique, puis dans un atelier nord-alpin, mais l’hypothèse d’une réalisation provenant de la région où le casque fut découvert, le domaine celtique atlantique, n’est pas à exclure. L’objet, qui a été présenté dans différentes expositions internationales consacrées aux Celtes (à Venise en 1991, en vedette à Berne en 2009), est conservé au Musée d’Angoulême. Angoulême étant, avec son célèbre festival, la capitale du neuvième art, il était naturel que ce chef-d’œuvre devienne le sujet d’une bande dessinée.

Le Casque d’Agris : la bande dessinée

Le Casque d'Agris ©
Le Casque d’Agris © Assor Bd

Sur un scénario de Silvio Luccisano et des dessins de Laurent Libessart, sont parus aux éditions Assor Bd, spécialisées dans la bd historique à caractère pédagogique, les deux premiers tomes de la série Le Casque d’Agris. Le début du synopsis de la saga est le suivant : vers le milieu du troisième siècle avant notre ère, Agris, un jeune prince Picton, assiste au meurtre de son père par un usurpateur. Contraint à la fuite, il emporte avec lui un casque magnifique, objet sacré pour son peuple légitimant le pouvoir royal. C’est ainsi que dans sa course vers le nord, Agris aborde le territoire des Sénons en guerre contre les Bellovaques. Sauvant la fille du roi des Sénons, il se fait voler son casque précieux qu’il va dès lors chercher à retrouver …

Au-delà du récit, l’intérêt de cette bande dessinée est d’être réalisée entièrement avec le concours de l’archéologie : le scénario, écrit par Silvio Luccisano pour être plausible au regard des données archéologiques les plus récentes, est soutenu par les dessins du très perfectionniste Laurent Libessart. Pour l’anecdote, ce dernier fréquentait la Bibliothèque des sciences de l’Antiquité de Lille 3 au moment de la patiente élaboration du premier volume de la série : Le sanctuaire interdit. Le pari semble gagné. Dans la préface du premier volume, Christian Goudineau salue la réalisation : « Presque à chaque page, le spécialiste reconnaît un site archéologique, une série d’objets ou un détail ».

La série est prévue pour être en quatre tomes. Le troisième est actuellement en chantier et les premiers crayonnés de Claire Bigard – qui succède à Laurent Libessart pour les dessins – sont déjà visibles sur le site du Casque d’Agris. L’époque concernée par cette aventure étant riche en événements historiques majeurs, une suite à la série du « Casque d’Agris » sera peut-être réalisée, avec d’autres personnages.

Le Casque d’Agris : exposition et conférences

Dessin autographe de Laurent Libessart
Dessin de Laurent Libessart

Pour compléter la démarche historique et pédagogique de la bande dessinée Le Casque d’Agris, le récit est complété d’un cahier où sont exposés certains choix effectués par les auteurs ainsi que des éléments aidant à la compréhension du contexte de l’histoire. L’exposition, qui se tiendra dans le hall de la Bibliothèque centrale de l’université Lille 3 à partir du 15 mars 2011, poursuit cette démarche didactique : elle est réalisée à partir de la bande dessinée, présentant la reproduction du célèbre casque, des dessins, planches, des reproductions sur toiles de vignettes géantes ainsi que des panneaux explicatifs. L’exposition intéressera tout autant les amateurs de bd ou d’archéologie, publics scolaires et universitaires et, tout simplement, les esprits curieux.

Deux conférences seront directement liées à la bande dessinée et à l’exposition : le jour du vernissage, le 15 mars 2011 à 18h00, Silvio Luccisano, le scénariste de la BD, fera une intervention consacrée aux Gaulois. Le 29 mars 2011 à 18h00, José Gomez de Soto (Directeur de recherche émérite au CNRS), auteur de nombreuses publications sur le casque, donnera une conférence sur le chef-d’œuvre retrouvé à Agris : « Petite histoire de sa découverte, sa place dans l’art celtique ».

Les Ambiani : l’archéologie vivante

Si la bande dessinée peut aider à donner une image à la fois vivante et réaliste de l’Antiquité, c’est également la démarche qui prévaut dans les reconstitutions d’archéologie vivante par de nombreuses troupes de passionnés. Parmi celles-ci, les Ambiani sont devenus les spécialistes internationalement reconnus de l’animation archéologique et des spectacles d’histoire vivante. L’association, composée d’archéologues, d’amateurs d’histoire et de gens du spectacle, propose une évocation de la vie des Gaulois en se basant sur les résultats de la recherche archéologique. Les Ambiani – du nom du peuple gaulois résidant en Gaule Belgique, dans la vallée de la Somme, à l’origine du nom de la ville d’Amiens – seront à Villeneuve d’Ascq, au parc archéologique Asnapio, le 26 mars 2011, de 14h00 à 18h00. Ils réaliseront des animations d’artisanat, d’armement et de rituels funéraires.

Les Ambiani - Copyright Yann Kervran / Les Ambiani

Difficile enfin de ne pas parler des Gaulois dans la bande dessinée sans évoquer le plus célèbre d’entre-eux : Astérix. Et comme les aventures de l’intrépide Gaulois se terminent toujours par un banquet, de s’interroger sur la nourriture des Gaulois. C’est l’objet de la conférence donnée par Philippe Marinval.

Les banquets d’Astérix face à l’archéologie, regards sur l’alimentation gauloise

« Astérix » est aux antipodes de la démarche à l’origine de la série du « Casque d’Agris ». Si, pour Silvio Luccisano, la bande dessinée a pour objet de donner l’image la plus vraisemblable des Gaulois, Goscinny et Uderzo prirent prétexte des aventures d’Astérix pour montrer les travers de notre monde contemporain, ce qui a sans doute contribué à développer une idée fausse des Gaulois. Philippe Marinval, carpologue (spécialiste qui étudie les graines et les fruits découverts en contexte archéologique), Chargé de Recherche au CNRS à Toulouse, montrera qu’Astérix et Obélix ne se nourrissaient pas seulement de sangliers mais qu’ils disposaient aussi de divers fruits, céréales, légumineuses et légumes pour leur alimentation. Au menu de cette conférence, le 12 avril à 18h00, il devrait être notamment question de froment, de blé noir, d’épeautre, d’orge, de glands, de châtaignes, de noix, de pommes et même d’abricots …

A lire aussi sur Insula notre entretien avec Laurent Libessart.

En résumé, l’agenda

À partir du 15 mars (17h30) jusqu’au 14 avril 2011 : exposition « Le Casque d’Agris : quand la BD redonne vie aux Gaulois », Hall de la Bibliothèque universitaire centrale de l’université Lille3. Entrée libre. Horaires : de 8h30 à 20h00, du lundi au jeudi (19h le vendredi) et de 9h00 à 12h00 le samedi. Y aller.

Le 15 mars 2011 à 18h00 : conférence de Silvio Luccisano, Salle de travail libre de la Bibliothèque universitaire centrale de Lille 3. Entrée libre.

Le 26 mars 2011, de 14h00 à 18h00 : animations par les Ambiani : artisanat, armement, sépulture. Parc archéologique Asnapio, Villeneuve d’Ascq. Animations comprises dans le prix d’entrée. Y aller.

Le 29 mars 2011 à 18h00 : conférence de José Gomez de Soto, « Le casque d’Agris : petite histoire de sa découverte, sa place dans l’art celtique », Salle de travail libre de la Bibliothèque universitaire centrale de Lille 3. Entrée libre.

Le 12 avril 2011 à 18h00 : conférence de Philippe Marinval, « Des banquets d’Astérix face à l’archéologie, regards sur l’alimentation gauloise », Salle de travail libre de la Bibliothèque universitaire centrale de Lille 3. Entrée libre.

Responsables de la coordination : Ewa Wyremblewski, Camille De Visscher
courriel : learning-center.archeo.egypto [at] univ-lille3.fr

Pour en savoir plus

Deux volumes de la série « Le Casque d’Agris » sont parus. Le sanctuaire interdit, scénario de Silvio Luccisano, dessins de Laurent Libessart et mise en couleur de Christophe Robakowski, éditions Assor Bd, 2005 [Localiser l’ouvrage] ; L’or des Sénons, scénario de Silvio Luccisano, dessins de Laurent Libessart, éditions Assor Bd, 2008 [Localiser l’ouvrage]. Voir le site de l’éditeur Assor Bd ainsi que le site consacré à la série Le Casque d’Agris.

Le casque d’Agris a donné lieu à de nombreuses publications. Parmi celles-ci : José Gomez de Soto et Stéphane Verger, Le Casque celtique de la grotte d’Agris, Germa, 1999 [Localiser l’ouvrage] ; des mêmes : « Le casque d’Agris, chef-d’œuvre de l’art celtique occidental », L’Archéologue, 106, février-mars 2010, p. 56-59, consultable (sans les illustrations) sur le site HAL ; voir encore Christiane Eluère , José Gomez de Soto, Alain-René Duval, « Un chef-d’œuvre de l’orfèvrerie celtique : le casque d’Agris (Charente) ». In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1987, tome 84, N. 1. pp. 8-22, consultable (sans les illustrations) sur Persée. Une publication scientifique de José Gomez de Soto, Le casque du IVe siècle av. J.-C. du sanctuaire celtique d’Agris (en col. avec S. Verger et al.), est prévue dans les publications du Römisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence.

Philippe Marinval est en particulier l’auteur de L’Alimentation végétale en France du Mésolithique jusqu’à l’Âge du fer, CNRS, 1988 [Localiser l’ouvrage] ; il a dirigé ou co-dirigé dans la collection « Archéo-plantes » du Centre d’Anthropologie, AEP, les volumes suivants : Plantes et moulins à huile, hier et demain (2005) [Localiser l’ouvrage] ; Modernité archéologique d’un arbre millénaire, l’olivier (2005) [Localiser l’ouvrage] ; Histoire de pain du Néolithique au Moyen Age (2008) [Localiser l’ouvrage].

Les Ambiani : voir leur site internet (en particulier nombreux reportages vidéos).

Le Musée d’Angoulême : voir le site internet.

Crédits

Remerciements au Musée d’Angoulême pour la photographie du Casque d’Agris par Thierry Blais ; aux éditions Assor Bd pour les autorisations de reproduction de la couverture et d’un dessin du cahier pédagogique ; aux Ambiani pour la photographie de la troupe par Yann Kervran. Enfin, remerciements à Laurent Libessart pour le dessin autographe du guerrier gaulois, réalisé en 2005, lors d’un passage à la Bibliothèque des sciences de l’Antiquité.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on RedditDigg thisBuffer this page

Lire aussi sur Insula :

Citer ce billet

Christophe Hugot, « Autour du « Casque d’Agris » », Insula [En ligne], ISSN 2427-8297, mis en ligne le 28 février 2011. URL : <http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2011/02/autour-du-casque-d-agris/>. Consulté le 17 août 2017.