Nouvelle présentation pour Le Vase qui parle, exposé à Toulouse

Musée Saint-Raymond jusqu’au 17 septembre 2017.

Le Vase qui parle, reproduction géante d’un vase grec antique du palais des Beaux-arts de Lille, est mis à l’honneur au cœur d’une exposition où seront présentés le vase de Lille et des vases grecs du Musée Saint-Raymond. À voir (et à écouter) à partir du 4 mars 2017.

#vasequiparle

Si les vases grecs pouvaient parler, quelles histoires nous raconteraient-ils ? Des histoires de dieux, de déesses, de héros, de guerriers valeureux à n’en pas douter ! Le Vase qui parle en est une belle illustration. Il s’agit en effet de la reproduction géante d’une rare céramique grecque du VIe siècle avant notre ère, conservée au Palais des Beaux-Arts de Lille, sur laquelle sont représentés des sujets liés à la guerre de Troie : Jugement de Pâris et combats guerriers.

vqplille

« Moi qui vous parle, je suis la reproduction à grande échelle d’un vase en terre cuite. Je n’ai pas toujours été exposé comme une œuvre d’art. Au départ, j’ai été fabriqué pour conserver les huiles aromatiques. »

« Je m’adresse à tous les publics de 7 à 107 ans, aux connaisseurs comme aux curieux »

Reproduit en très grande dimension, le Vase qui parle dit tout de lui aux visiteurs. Si, dans les précédentes expositions, le Vase qui parle discourait à travers des casques audio portés par les visiteurs, il s’exprime cette fois au plus grand nombre et se fait le guide pour indiquer qui sont les personnages qui le décorent, que sont-ils en train de faire et pourquoi, comment sont-ils habillés, quels sont les objets qu’ils tiennent. Ce dispositif numérique innovant, conçu par l’université Lille 3 avec Devocité, contribue à diffuser et transmettre les savoirs au plus grand nombre. Il occupe le cœur de cette exposition et constitue une opportunité pour le musée Saint-Raymond de présenter des vases grecs exceptionnellement sortis de ses réserves, tandis que le vase original est généreusement prêté par le Palais des beaux-arts de Lille pour une émotion encore plus forte.

Fragment de cratère à volutes à figures noires du musée Saint-Raymond (MSR.Inv. 26.102) - photographie de J.-F. Peiré
Fragment de cratère à volutes à figures noires du musée Saint-Raymond (MSR.Inv. 26.102) – photographie de J.-F. Peiré

Le Vase qui parle est un dispositif innovant conçu par l’Université de Lille et Devocité, porté par le Service commun de la documentation de Lille 3 avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, dans le cadre de l’appel à projets 2012 « Services numériques culturels innovants ». Il a également été lauréat désigné par Pictanovo de l’édition 2012 d’Expériences Interactives.

Informations pratiques

Le Vase qui parle
Exposition du 4 mars au 17 septembre 2017
Musée Saint-Raymond
Place Saint-Sernin

Ouvert tous les jours (sauf 1er mai), de 10h00 à 18h00
La visite de l’exposition est comprise dans le droit d’entrée à la collection permanente (4€).
Gratuit pour les étudiants et les moins de 18 ans

Pour en savoir plus

11057718-18337658

Qui était Amelia Edwards ?

3bed870f14b80fe0d7c0fadc2df7ff01

Archéologue ? Écrivaine spécialiste en voyages ? Romancière ? Journaliste ? Musicienne ? Linguiste ? Collectrice de fonds ? Féministe ? L’article « Who was Amelia Edwards? » de Penelope Tuson, publié en juin 2015 sur le blog de l’éditeur Oxford university Press « OUPblog », brosse le portrait de cette femme hors du commun. La traduction française inédite publiée sur « Insula » est réalisée par Noémie Krol, étudiante en Master « Traduction Spécialisée Multilingue »-TSM, de l’Université Lille3.

Lire la suite →

L’Antiquité dans les jeux vidéo

videoludique-1

Compte rendu de : Laury-Nuria André, Game of Rome ou L’Antiquité vidéoludique, Passage(s), 2016, 110 p.

Les jeux vidéo donnent une vision renouvelée de l’Antiquité. Dans son ouvrage, Laury-Nuria André interroge cet autre, en particulier en analysant le paysage réinventé.

Lire la suite →

Pénélope d’après Lucien β, un pseudépigraphe inédit du XVIIIe s.

penelope3

Récemment découverts, de façon inespérée, quelques feuillets du Dictionnaire mêlé portatif publié à Amsterdam en 1769 dans l’indifférence la plus totale refont aujourd’hui surface alors qu’on croyait l’ouvrage irrémédiablement perdu. Un recueil factice composé de feuillets arrachés aux douze volumes in-8° d’époque a récemment été retrouvé dans les Hauts-de-France et il a été déposé dans un coffre au Crédit Mutuel de Basse Bretagne. Ce dictionnaire, dirigé par le Baron d’Autrecourt, était un fourre-tout contenant des articles de mythologie d’une grande banalité, des biographies des hommes de son temps, des proverbes, des résumés de pièces de théâtre ainsi que quelques entrées plus polémiques dont, la plupart du temps, nous n’avons malheureusement plus que les titres. Nous reproduisons ici un article à vocation pédagogique attribué à « Lucien B » comprendre un Lucien Bèta (β) qui serait un nom d’emprunt du libertin Nicolas Lanas dont on sait seulement qu’il était souvent raillé pour son style lisse et la platitude lénifiante de ses articles.

Lire la suite →

Les enseignants de langues anciennes à l’université de Lille (1855-1960)

ernout-1

Les langues anciennes à la faculté des lettres de Douai-Lille de 1855 aux années 1960 / 4.

Qui sont les enseignants de langues anciennes à la faculté des lettres de Lille ? Ce billet sur les professeurs nous fait entrer dans les amphithéâtres et donne les appréciations des inspecteurs, doyens, recteurs et étudiants sur des personnalités comme Alexandre-Marie Desrousseaux, Alfred Ernout, Jean Humbert, Jacques Heurgon, ou Jacqueline de Romilly.

Lire la suite →

La production textile dans l’Athènes classique

Quelle-belle-decouverte-textile

Compte rendu de Stella Spantidaki, Textile Production in Classical Athens, (Ancient Textile Series, n° 27), Oxford-Philadelphia, Oxbow Books, 2016, 228 p.

Les éditions Oxbow Books viennent de compléter leur collection consacrée aux textiles anciens par un ouvrage sur l’activité textile dans l’Athènes classique. Ce travail, réalisé par Stella Spantidaki, renouvelle radicalement nos connaissances sur cette activité durant la période classique et vient combler une lacune, tout en laissant espérer d’importants prolongements.

Lire la suite →

« Latina latine sunt tractanda »

heinecio-fundamenta

Alfredo Adolfo Camús face à la défaite de l’humanisme.

« “Latina latine sunt tractanda”. Alfredo Adolfo Camús ante la derrota del humanismo » est un texte de Francisco García Jurado, publié en novembre 2015 sur le blog « Reinventar la Antigüedad ». La traduction française inédite publiée sur « Insula » est réalisée par Khadija Ben Moussa, étudiante en Master « Traduction Spécialisée Multilingue » – TSM, de l’Université Lille 3.

Lire la suite →