Une étape importante pour le Learning Center de Lille 3

Entretien avec Fabienne Blaise, Présidente de l’université Lille 3.

Le mercredi 18 mars 2015, le Premier ministre Manuel Vals est venu à Lille signer le protocole du contrat de plan État-Région (CPER). Parmi les projets retenus figure le Learning Center de Lille 3 qui peut ainsi boucler son budget initié par le Conseil régional Nord-Pas de Calais.

Logo LCTLe blog « Insula », créé pour − en particulier − accompagner la création du Learning Center de Lille 3, ne pouvait manquer d’évoquer une étape peu spectaculaire mais importante : le bouclage de l’enveloppe financière nécessaire à la construction du bâtiment. Pour en parler, nous avons interrogé Fabienne Blaise, Présidente de l’université.

Christophe Hugot : Le mercredi 18 mars 2015 est une date importante pour Lille 3. Dans son discours donné à la Préfecture de Lille, Manuel Valls a cité son futur Learning Center.

Fabienne Blaise : C’est exact. Avec cette signature du contrat de plan État-Région, nous avons bouclé le budget nécessaire à la réalisation du Learning Center de Lille 3. C’était une étape très attendue, fondamentale.

Christophe Hugot : De quoi s’agit-il concrètement ?

Fabienne Blaise : Il s’agit de la construction d’un bâtiment neuf qui sera à la proue du campus du Pont-de-Bois intégrant une bibliothèque, des espaces de formation, de médiation, un lieu ouvert à tous, aux étudiants, aux chercheurs comme au grand public. L’argent apporté par l’État vient compléter le budget déjà voté par le Conseil régional Nord-Pas de Calais. Nous avons aujourd’hui réuni le budget que mérite ce projet.

Christophe Hugot : Quelles sont les échéances ?

Fabienne Blaise : L’année 2015 sera celle des études et de la programmation, pilotées par la Région Nord-Pas de Calais qui est maître d’ouvrage de l’opération. Il nous appartient de nourrir le projet qui sera ensuite traduit dans le programme, puis par l’architecture. Nous attendons que les collègues de l’université affinent le projet.

Christophe Hugot : Pouvez-vous nous définir en quelques mots quelles seraient les spécificités du Learning Center de Lille 3 ?

Fabienne Blaise : Je dois tout d’abord préciser que le Learning Center c’est un nouveau bâtiment, mais c’est aussi un réseau comprenant des structures déjà existantes dans les bâtiments de l’université, comme les bibliothèques de composante, les Centres de ressources en langues,… En ce qui concerne le nouveau bâtiment proprement-dit, il s’agit d’abriter un important centre de documentation et de donner accès plus idéalement qu’aujourd’hui à 800.000 volumes, parmi lesquels des ouvrages patrimoniaux ou encore des collections remarquables, en anglais (CADIST) ou en sciences de l’Antiquité, par exemple. Les espaces seront créés pour répondre à divers usages : le travail solitaire, le travail en groupe, des espaces de séminaire et de détente, etc. Mais le Learning Center n’est pas que cela. Sa spécificité serait dans l’innovation sociale comprenant une innovation pédagogique, de la recherche, de la médiation scientifique.

Christophe Hugot : Quels publics seraient concernés par cette innovation sociale ?

Fabienne Blaise : Évidemment les étudiants, les enseignants-chercheurs, mais nous voulons également attirer les curieux, montrer au plus grand nombre ce qu’est l’université, la recherche qu’on y fait, les enjeux de cette recherche. Nous souhaitons que le Learning Center puisse valoriser le travail de la recherche, en particulier de nos jeunes docteurs, pour que ceux-ci soient éventuellement des exemples à une envie de reprise d’études. Le Learning Center doit susciter l’envie de se former et participer à la Formation tout au long de la vie.

Christophe Hugot : Vous parliez de médiation scientifique. En quoi est-ce important de développer celle-ci au sein du Learning Center ?

Fabienne Blaise : Il est important de montrer ce que sait faire l’université, en termes de pédagogie et de recherche. La médiation doit offrir à des étudiants la possibilité de pouvoir construire un discours pour un public curieux mais pas forcément familier de nos sujets de recherche, ce qui leur donnera des compétences supplémentaires. Enfin, le Learning Center peut être une porte d’entrée pour de nombreux scolaires, collégiens et lycéens, qui fréquenteront pour la première fois l’université à l’occasion de visites aux expositions qui y seront montrées, aux ressources et aux ateliers qui y seront proposés. Le Learning Center souhaite faire découvrir des disciplines, susciter d’éventuelles vocations, l’envie d’en savoir plus.

Christophe Hugot : Quand pensez-vous que le Learning Center sera opérationnel ?

Fabienne Blaise : Nous pouvons raisonnablement espérer que le Learning Center sera construit en 2018.

BU-LIlle3
Vue d’une salle de lecture de la Bibliothèque universitaire de Lille 3 depuis le patio intérieur

Exposition sur les écritures du Proche-Orient ancien à Lille 3

ecritures-cuneiformes

Entretien avec Brigitte Lion.

Du 7 avril au 7 mai 2015, la mission scientifique du Learning Center de l’université Lille 3 organise une exposition consacrée aux écritures cunéiformes du Proche-Orient ancien. C’est une rare opportunité de découvrir des écritures souvent méconnues, pourtant utilisées dans de nombreux pays, pendant plusieurs millénaires. Pour présenter « Les écritures cunéiformes au Proche-Orient ancien », nous avons interrogé Brigitte Lion, Professeure à l’université Lille 3 et commissaire de l’exposition avec Denis Lacambre.

Lire la suite →

À propos du patrimoine universitaire de la métropole lilloise

Les lieux du savoir

Publication d’un inventaire illustré des lieux du savoir.

Les éditions Le Passage viennent de publier : Les lieux du savoir. Le patrimoine universitaire de la métropole lilloise. Cet élégant ouvrage se veut une invitation à (re)découvrir la diversité et la richesse du patrimoine de l’enseignement supérieur dans la métropole lilloise, de 1850 à nos jours.

Lire la suite →

L’archéologie lilloise et Artémis de Durrës honorées par la poste albanaise

70 timbre

Une mission archéologique franco-albanaise timbrée.

La Poste albanaise a édité fin 2014 quatre timbres illustrant des antiquités retrouvées à Durrës, l’antique Épidamne-Dyrrhachion. Si la fouille a été réalisée au début des années 1970 par des archéologues albanais, l’étude du matériel vient d’être réalisée par des archéologues albanais et français, en particulier par des membres du centre de recherche CNRS Halma de l’université Lille 3. À l’occasion de cette émission de timbres, nous avons eu un entretien avec Arthur Muller, co-responsable, avec Fatos Tartari, de la mission franco-albanaise pendant une douzaine d’années.

Lire la suite →

Les modes de communication de la recherche aujourd’hui : quel rôle pour les bibliothécaires ?

Réseaux sociaux

Compte rendu du Mémoire d’étude de Cécile Arènes, enssib, janvier 2015.

Le site de l’ensib met en ligne les mémoires de fin d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques. Celui de Cécile Arènes, mis en ligne en janvier 2015, est consacré au dialogue que les bibliothécaires pourraient entretenir avec les chercheurs via les réseaux sociaux, ainsi que sur le rôle qu’ils pourraient jouer dans la diffusion et l’archivage pérenne des nouvelles formes de production de la recherche. Nous n’évoquerons ici que quelques points d’un mémoire très riche en informations.

Lire la suite →

Ovide et les métamorphoses de l’art moderne

Ovid and the Metamorphoses of modern art from Botticelli to Picasso

Compte rendu de l’ouvrage de Paul Barolsky, Ovid and the Metamorphoses of modern art from Botticelli to Picasso, édité par Yale university press, 2014.

L’historien de l’art Paul Barolsky propose un ouvrage très illustré consacré au traitement des Métamorphoses d’Ovide dans l’art. Ce livre, réalisé pour des esprits curieux plutôt qu’à des spécialistes, est une invitation à (re)lire les Métamorphoses et à (re)visiter les musées pour s’enquérir d’autres tableaux inspirés du poème d’Ovide. Un livre agréable à feuilleter, offrant un corpus riche et varié, dont le propos stimulant est parfois difficile à suivre.

Lire la suite →

Anubis : du monde souterrain à celui de la salle de bains

Anubis de Massimo Giacon

À  propos d’un objet de Massimo Giacon pour Alessi.

À l’occasion de l’exposition « Des animaux et des Pharaons » au Louvre-Lens (jusqu’au 9 mars 2015), penchons-nous sur Anubis, gardien du royaume des morts de l’Égypte antique. Au 21e siècle, Anubis donne son nom à une boîte de la marque Alessi qui ne sert plus à recueillir les viscères des momifiés mais devient un objet design de salle de bains réalisé par l’artiste Massimo Giacon.

Lire la suite →